L'après-tremblement de terre

Publié le par Lolo et Nono

Merci à toutes les personnes qui ont skypé, téléphoné, emailé, smsé, etc... Nous allons bien et Xichang n'a pas souffert de conséquences. Le chantier n'a pas été touché. Malheureusement, ce n'est pas le cas de tout le monde dans le Sichuan.

Dans les minutes qui ont suivi le tremblement de terre lundi après-midi, nous plaisantions.
Puis nous avons commencé à recevoir des appels de Chengdu et Shanghai qui nous informaient l'avoir aussi ressenti. Un collègue nous a raconté que ses grands-parents à l'hopital avaient été évacués. Sur internet, lorsqu'on a vu que l'épicentre était à Wenshuan et que la magnitude était de 7.8, nous avons commencé à nous faire du souci pour la région de Dujiangyan.
Depuis lundi soir, il pleut. Les gens là-bas craignent de dormir à l'intérieur par peur des répliques. En même temps, ils ne peuvent rester longtemps à l'extérieur avec le manque de parapluie, couvertures, etc... Donc ils retournent à l'intérieur, craignant les répliques qui n'ont pas cessé durant toute la nuit de lundi à mardi.
Les premières nouvelles ont annoncé 5 morts, on ne s'est pas complètement douté jusqu'à quel point cela empirerait. C'est le lendemain qu'on a commencé à s'en rendre compte.
Mardi matin un de nos traducteurs est rentré en urgence sur Chengdu. Bien qu'il ait réussi à contacter sa mère et sa soeur qui vivent à Deyang, ils étaient (et le sont toujours) sans nouvelle de leur père qui travaillait dans la zone de Dujiangyan.
Un autre employé est lui aussi parti n'arrivant pas à joindre plusieurs membres de sa famille qui vivaient à Dujiangyan.
Mardi après-midi, un des chauffeurs est aussi rentré à Dujiangyan : la maison qu'il venait de construire pour son mariage est complètement détruite et il n'arrive pas à joindre son frère qui travaillait à Wenshuan.
Le frère de notre assistante étudie à Mianyang, la ville où 18'000 personnes sont encore ensevelies sous les décombres. Heureusement, il a survécu. Il voulait retourner dans la maison familiale (qui au passage est partiellement détruite) auprès de ses parents. Les routes sont détruites, il est pour le moment bloqué à Mianyang craignant les autres répliques.
Les personnes sont tendues, craignant de recevoir de mauvaises nouvelles, et nous nous sentons tellement impuissants.


En noir la zone la plus touchée près de l'épicentre et au sud en rouge Xichang et le chantier.

J'avoue être aussi fortement déçue en lisant sur internet les réactions en Europe. Bien qu'une partie de la population soit compatissante, on peut lire sur les forums des commentaires vengeurs, haineux, racistes ou en référence au Tibet (ce qui est une preuve de la débilité des personnes puisque des minorités tibétaines sont aussi victimes du séisme). J'ai du mal à comprendre que l'on puisse se réjouir du malheur d'un peuple quel qu'il soit.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gigi 14/05/2008 21:16

Dures réalités que celles de la méchanceté et de la bêtise de nos congénères. Inutile de te prendre la tête car si tu as évité la secousse sismique, tu ne passeras pas à côté de celle des allumés du cerveau.. ;-)(
Encore heureuse de savoir que vous allez bien.
Gros bisous et à tt bientôt. Gigi

Lolo et Nono 15/05/2008 09:42


ben moi, heureuse de voir que tu as un peu de temps pour laisser des p'tits messages par ici ! Tu sors un peu la tête de l'eau ?
Parce qu'incessamment sous peu, il va falloir la balancer dans la vinasse : on vient en suisse au mois de juin !